Rédiger un CV quand on a 30 ans…

Rédiger un CV

 

Après dix ans d’expérience, le CV doit, plus que jamais, démontrer une cohérence dans le parcours professionnel. Pour cela, il faut définir un projet professionnel pour sa 2e partie de carrière et sélectionner les informations pour l’appuyer.
7 points importants :
1/ Eviter le CV de 2 pages police 6 car le candidat souhaite tout montrer.
2/ Pas plus d’une page de CV. Le lecteur est un recruteur en entreprise ou en cabinet lisant des CV toute la journée. Une page de lecture suffit.
3/ Eviter les fioritures et les couleurs. Le CV doit être sobre, concis, concret et personnalisé.
4/ Le CV thématique avec des domaines de compétences. C’est très joli sur le papier mais il n’est pas adéquat pour un recruteur. De plus, il induit dans l’esprit du recruteur un doute. Pourquoi le candidat n’a pas réalisé un CV anti-chronologique ? A t-il des choses à cacher ?
5/ Les incohérences au niveau des dates. Ce ne peut être qu’une faute de frappe. Mais cela inquiète le recruteur.
6/ Les fautes d’orthographe. Sur un CV, elles ne sont pas admissibles. Il faut lire, relire et faire relire un curriculum.
7/ Les logos des entreprises. Certains candidats constellent leur CV de logos. Ces logos sont à bannir car ils alourdissent inutilement les documents informatiques.
 
Contrairement aux idées reçues, un bon CV traite plus de l’avenir que du passé.  Il faut l’orienter vers le futur avec un projet professionnel éclairci. Il faudra donc expliquer au recruteur, via son curriculum, le poste visé et le type d’entreprise recherché. Une fois cela fait, le candidat rédige le CV et l’actualise en introduisant des éléments militant pour son projet professionnel tant sur le fond que sur la forme ».
Une progression du CA
Il faudra donc sélectionner les informations professionnelles prouvant que l’on est un bon gestionnaire, un bon technicien ou, un bon commercial. Il est, à ce stade, indispensable de fournir des informations claires, concises, concrètes et valorisantes.  Le CV a pour fonction principale de permettre au candidat d’obtenir un rendez-vous. Mots-clés, fil conducteur de carrière et exemples chiffrés permettent de rassurer l’interlocuteur. Un ingénieur en reconversion dans le domaine des achats fera ressortir dans son CV  tout ce qui peut servir son projet futur.  C’est un exercice délicat car le candidat avec plus de 10 ans d’expérience estime avoir plein de chose à écrire. Il faudra alors trier et tout compiler sur une page. C’est le mieux.  Evidemment, dans ce cadre imposé, il faudra évoquer les 5 dernières années de sa vie professionnelle plutôt que les stages et le début d’expérience. L’erreur classique, mais rédhibitoire, est de tout compiler, empiler. La bonne idée est alors d’indiquer à son recruteur-lecteur une progression du CA avec un objectif dépassé de tant entre 2010 et 2011 par exemple. On pourra aussi préciser la mise en place d’un système d’information pour une PME de 300 personnes après une analyse et un audit pour des coûts inférieurs de 30 % au budget prévu. Le candidat ne doit pas décrire son poste mais il doit expliquer comment il travaille : ses méthodes, ses participations à l’achat d’équipement, ses négociations commerciales. On met alors en avant les résultats que l’on a atteints avec des volumes, des pourcentages. Il doit y avoir des chiffres de réduction des frais généraux, augmentation de la production, règlements des problèmes.
L’expérience professionnelle
Au niveau de la forme, il faudra privilégier les caractères et les couleurs sobres et lisibles. Une photo peut être un plus pour que le candidat mémorise une candidature. Mais elle devra être de qualité et le CV devra pouvoir se lire imprimé en noir et blanc. Evitez alors les couleurs et autres zones ombrées.
L’important, au niveau de la disposition, est de réserver le premier tiers aux informations essentielles : son état civil et son projet professionnel. Ensuite, il faudra dérouler son expérience professionnelle. En France, les recruteurs regardent en premier l’expérience professionnelle (pour 42 % des recruteurs en entreprise), les qualifications professionnelles (21 %) et les compétences techniques (14 %). 6 % consultent en premier lieu les renseignements personnels (âge, situation familiale, adresse, loisirs…) et 3 % commencent par regarder la photo… Il faudra aussi éviter absolument les CV autres qu’anti-chronologiques. Il faut donc commencer le curriculum par les événements les plus récents. Les recruteurs sont des êtres extrêmement conservateurs, prudents, méfiants. Il faut les rassurer en étant le moins novateurs possibles. Il faut simplifier la vie du recruteur.
Enfin, attention, tout est vérifiable. Si l’on est au chômage depuis janvier 2012, il est contreproductif d’indiquer dans son CV que l’on est en poste. Le recruteur pourra le vérifier via google. Mieux vaut préciser être en mission de conseils, en expérience associative ou en création d’entreprise.
A la fin de l’écriture du CV, le candidat est prêt à démarcher les recruteurs. Il a développé ses arguments et il a prévu de développer un argumentaire expliquant comment il a levé les freins au développement de ses missions, les méthodes utilisés, le type d’interlocuteur qu’il a eu, le plan d’action mis en œuvre, les résultats obtenus. Il dispose donc d’un argumentaire du CV pour l’entretien d’embauche. Il a un projet, un CV et un discours pour le défendre. Il devrait donc trouver chaussure à son pied.

Optimisez vos chances en rédigeant votre CV avec notre coach