Le bonheur au travail

Les employés d’aujourd’hui sont en quête du parfait équilibre au travail, et veulent à tout prix chasser le stress. Un idéal impossible à atteindre ?

 
Le bonheur au travail*. Comment atteindre le bonheur au travail?* L’entreprise du bonheur*… Des titres piochés au hasard, parmi la multitude d’ouvrages parus sur le sujet ces dernières années. Des contributions qui révèlent une question que chacun se pose: est-il possible d’être heureux au travail? Y a-t-il une recette miracle? De nombreux spécialistes se sont penchés sur la question. «On rêve d’un équilibre où le travail serait certes à nouveau une obligation, mais librement consentie, et plus féconde et noble que jamais. Où bonheur rimerait avec labeur. Ce n’est qu’un rêve? Mais le rêver, c’est déjà s’en approcher. Et nous sommes de plus en plus nombreux à faire le même rêve», écrit Dominique Glocheux dans la préface de son livreLe bonheur au travail.
  »La dernière fois que j’ai vu le bonheur au travail, il est parti en réunion et plus personne ne l’a jamais revu. »
  Le bonheur nécessite d’avoir rempli une multitude de critères, qui diffèrent selon les personnalités. Et justement, d’ores et déjà, on peut dire que certaines personnalités ne sont pas compatibles avec le bonheur.  «Les personnes ambitieuses, orgueilleuses ou impatientes, par exemple, auront davantage du mal à trouver le bonheur dans le travail, pour la simple et bonne raison qu’ils en veulent toujours plus, et qu’une satisfaction dans le travail n’est qu’éphémère à leurs yeux.» Ceux qui se lassent vite des choses et s’en désintéressent sont donc dès le départ handicapés dans leur quête du bonheur au boulot. Dernièrement, Lefigaro.frécrivait qu’en entreprise, ce sont les «méchants» qui réussissent. Pour autant, ce sont aussi eux qui ont le plus de mal à être heureux au travail.

Réaliser ce que l’on a, et savoir s’en contenter

« Celui ou celle qui se pose cette question: ne l’est pas ou ne l’est plus pour longtemps… »
  Il faut aussi ajouter que le bonheur – et la recherche de celui-ci, donc – est une notion qui est uniquement occidentale. Nous raisonnons par analogismes, et avec des extrêmes, ce qui nuit fortement à notre épanouissement professionnel. «En Chine, par exemple, le bonheur n’existe pas, on vit uniquement dans l’instant présent».
«Le bonheur est une récompense qui vient à ceux qui ne l’ont pas cherché», disait le philosophe et l’essayiste français Alain. Il est vrai que la tendance à vouloir les choses que l’on a pas est particulièrement nuisible. «Pour espérer arriver au bonheur, il faut au contraire réussir à se satisfaire de ce que l’on a, réaliser le chemin parcouru pour y arriver, et relativiser sa réussite. Il faut également réussir à trouver du sens à son métier… Ce sont des choses essentielles», . Le bonheur au travail résiderait en fait à ce que l’on fait en dehors de l’entreprise, pour accompagner notre vie professionnelle. «Le sport, la spiritualité, le bouddhisme ou le yoga sont des activités très saines pour l’équilibre personnel, et qui détermine énormément notre état d’esprit au travail. Au lieu d’essayer de diminuer la souffrance et le stress lié au travail, il vaut mieux multiplier les plaisirs annexes!»
Faites le bilan avec notre coach http://www.entretien-d-embauche.fr/conseil-carriere-coach/
Source : Le Figaro